Coups de gueule sur blog

4 Commentaires


Les amis de Mécheria ont voulu donner leurs opinions, écoutons les.
  Mr MEKKI écrit : 17 Avr 2010. 
  ** Les traces éparses d’un passé effacé du visage d’un village au répertoire sans images, à l’histoire sans pages ** D’après HADJ BACHIR DJEBRI 
 
Se rencontrer au "fillage" ou descendre au "fillage", une expression couramment utilisée des plus connus pour certains ayant côtoyé, connu ces générations jusqu’à la fin des années soixante, qui signifiait que le centre du village était le repère, le lieu, l’endroit où les gens se fixaient rendez vous, étant animé surtout le soir assez fourni en denrées de toutes sortes, tant les magasins disposaient de tout, ce dont on avait besoin chez les HAMOU HADJ, HAMOU FATAH, BENDJEBAR, SI MILOUD, SASSI EL KHADAR pour ne citer que ces noms révélateurs sur les bouches chez qui le mot MAKANCHE était banni du vocabulaire, avec le peu suffisant pour s’offrir un couffin rempli pour 1000 francs seulement, avec le NOSS O NOSS bien à sa place, qui voulait dire la moitié du quart d’un kilo de thé et une demi livre de sucre.
L’on ne passait pas à côté d’une maison sans entendre tout le matin, après midi ou le soir les coups cadencés du verre sur le pain de sucre LEBAUDY ou laissant présager un instant cette intimité autour d’une discussion au centre d’un plat garni de menthe à l’odeur alléchante à l’autre bout du coin.
La vie quoi que difficile, contraignante était paisible tant le niveau était le même pour tous hormis certains riches, nantis au dessus de la mêlée bien connus méritant ce lucre acquis depuis de père en fils eu égard à leur bonté à leur générosité de notoriété sans conteste et de l’avis de l’ensemble.
A SUIVRE……..
Les quartiers environnants ANTAR, LAGRABA, MANUILE, passaient pour des périphéries de second ordre, sédentarisés en retard par rapport à ceux du centre où des familles se sont installées progressivement en ces zones avec la double vocation urbaine et rurale pour la circonstance tout en gardant un oeil sur ce qui se passe du côté nomade avec le recueil des informations auprès des leurs surtout le jour du souk, le mercredi où l’afflux du cheptel de tous bords dés l’aube était une occasion des rencontres après une absence dans l’isolement avec pour seul canal d’information le ouïe dire ça et là sans confirmation ou le téléphone arabe avec des probabilités de véracité des fois mince.
A SUIVRE……..
 Le deuil aussi était ce ciment de toutes les familles, annoncé tôt par le biais de l’héraut, pénètre les foyers et donne cette sensation de sentimentalité unifiée au dessus de toute appartenance tribale, de classe, de rang tant la compassion est large et partagée par tous.
Le cortège funèbre à nos jours avec cette différence matérielle notable, partait de la grande mosquée, le corps transporté à pied jusqu’à SID EL MERBOUH avec la BORDA jusqu’à la dernière demeure sans éprouver la moindre lassitude à chaque fois que le devoir l’exige.
 
    A Mécheria le soir à proximité des bars ou chez des occultes maisonnettes, des silhouettes au loin dans le crépuscule perdant le pas un peu à droite et à gauche en zigzag sous l’effet de la liqueur avec une pointe d’amertume pour leur mémoire BRAIBICHE, MEBAREK OULD OUM GUETITA, BOUAZIZE dans une danse qui lui était propre jurant par la tête de son rejeton HADJ, que le SEIGNEUR ait leurs âmes saines et pures, ronronnant sous le nez sans bruit, ni traces, ni fracas dans un calme de passion et d’hommes lucides en dépit du vice tout respectueux qu’ils fussent pour eux et pour les autres attirant autant d’éloges que d’admiration pour la finesse de leurs propos au sens profond, même énigmatiques à interpréter pour les avertis de ces *philosophes* hors pair tel le FANATIQUE dont la parole au compte goutte d’une voix à peine à ouïr laissait perplexe plus d’un pour le sens profond de sa pensée. C’est dire que la grandeur de l’esprit, de la personnalité se trouvaient même chez ces * manants* à première vue, moulés et forgés par l’école de l’expérience tout en étant profanes sans éducation, mais à l’approche, l’on découvre combien ils sont sensibles à tout ce qui se passe autour d’eux traduisant fidèlement cette sensation sans détour ni préjugé par un langage attirant par ces expressions au verbe expressif et pointilleux.
……… A Suivre……c’était Mécheria
  
  Mohammed Kebir le 21/09/09 a écrit :

La création du présent site est une idée géniale. Je vous dis tout simplement "Allah yaatikoum assahha" quoiqu’ il est du devoir de chacun de nous d’apporter sa contribution à l’effet de préserver notre mémoire et celle de nos ancêtres pour lui éviter de sombrer dans l’anonymat. C’est une bonne chose de dresser l’album des maires de Mécheria. Toutefois je souhaiterais voir d’autres albums catégorisés où sont mis ensembles les photos de nos martyres qui ont marqué l’histoire révolutionnaire (1954 – 1962) de notre région, les photos des figures emblématiques du mouvement sportif (toutes disciplines confondues), les photos des personnalités de hauts rangs dans l’élevage ovin qui veillaient à pérenniser la vocation pastorale de la zone, avec ses hautes valeurs humaines etc. Il faut agir dans le sens de redonner à MECHERIA son statut de région ayant existé avant ce poste militaire construit à partir de 1881 par le colonisateur pour superviser l’insurrection du Cheïkh BOUAMAMA. Je pense qu’il suffit de lancer un appel aux forces vives concernées et laisser l’internet s’occuper de la communication et de la transmission des données sous forme de fichiers. La création commence toujours par une idée, bonne chance! Réponse : Les albums existent déjà. Il me faudrai d’autres photos pour les enrichir. Pour consulter les albums  photos cliquer ci-dessus : مهرجان الصور  

3 Juin 2009 auteur anonyme:

Courrier électronique Je parlerais aux élites qui ne veulent obliger leur rôle, qui est légitime, pour  arracher Mécheria d’entre les dents des hyènes. Il est vraiment temps de leur montrer que l’on existe. Je parle aux médecins, avocats, architectes, vétérinaires, professeurs, administrateurs … Car tout simplement votre silence c’est un délit. Que dieu vous punira pour lui… Il est temps alors de bouger pour rendre à Mécheria sa beauté.
vous ne vous posez pas la question qu’est ce que j’ai fais pour stopper cette dégradation de notre belle Mécheria d’autre fois.   
  
 Courrier électronique Je vous salut avec le salut du paradis qui est : Assalamou aleikoum wa rahmatou Allahi wa barakatouh.
je suis un musulman arabo-amazigh et fier de l’être car tout simplement je suis méchraoui.
Mais je vais vous dire mes frères méchraouis, qui habitent Mécheria ou qui sont loin d’elle. Mécheria souffre et agonise comme un être au bord de la mort. Je vais être trop dur pour le bien de ma ville. Quand je sors et je vois ses rues, je pleure jour et nuit, harame alikoum tous, sans exception.
Je parlerais aux élites de Mécheria si elles ont une goutte de dignité, une miette, s’il y en a : Wache vous pensez que la vie c’est que ramasser le plus d’argent ? Je parle a ceux qui ont pu faire soit disant des études supérieures, wache jebtou lina ?. vous vous cachez derrière vos bureaux, vos comptoirs, vos projets, vos affaires. Où se situe Mécheria par rapport à vos préoccupations ? Mécheria c’est a nous tous .
J’ai honte de dire une chose: regarder Mécheria ! comment elle était au temps du colonialisme, on dirais qu’elle a souffert ; regardez les différences sur ces photos ci-dessus et ce que l’on voit en ces moments ci; wache chkoune khire: je ne défends pas une période que tout un brave Algérien la 
méprise, le moment où nos pères et nos mères ont vraiment souffert. Je demande à ouled bladi, les élites qui sont là ou hors de Mécheria, qui étaient un moment donné des respensables dans notre brave gouvernement, wache dertou a une ville qui un moment donné vous a abrité dans ses rues où vous avez pleinement couru. Venez la voir, vraiment tchef l’ennemi avant l’ami.
 

  
 .

Je parlerais a ceux qui sont devenus comme hypnotisés. Ils courent après leurs partis, après leurs idées, mais où se trouve Mécheria dans toutes leurs affaires ? wala ! vous vous rendez compte qu’au moment où on se rencontre dans le cimetière de "Sid el merbouh" pour la plaindre avec des paroles. Je m’excuse le mot de faiblesse… C’est pas comme ça qu’on vient au secours de Mécheria. Je vous avertis mes chers, malgré ma dureté contre vous, Mécheria est pour nous tous, alors bougez ! pour la dernière fois, pour en sauver ce qui reste de notre Mécheria d’autre fois.
Mécheria bikoum etkoune et si vous continuez à vous cacher derrière vos peurs ou bien votre délaissement comme si elle ne vous concerne pas. Alors quittez la et laissez la entre les mains des … qui la dévorent de jour en jour.
Ce n’est q’une chahada lillah wa inda rabika nakh’tassimou… Un méchraoui d’autre fois. 3 juin 2009 auteur anonyme

 REPONSE :

Les amis de Mécheria ont voulu donner leurs opinions, écoutons les.

Mohammed Lahmyani: 26/08/2009

 

 

Ce qui a attiré mon attention c’est cette attitude de mettre la dégradation multidimensionnelle de la ville de Mécheria à l’actif des intellectuels de cette même ville. Je suis surpris de lire sur votre site que la classe des intellectuels n’a rien fait pour éviter à Mécheria de sombrer dans le négativisme généralisé. 
En tout cas, cette situation de dégradation, socio-culturelle notamment, n’est pas propre à Mécheria. Il suffit de communiquer avec les gens dans d’autres villes ou de se rendre à travers d’autres régions de notre vaste et si beau pays pour se rendre compte que notre cité n’a rien à envier aux autres et que cette situation de régression multidimensionnelle est bel et bien généralisée à l’échelle nationale. 
A mon avis, la cause incombe à la classe politique dirigeante qui serait incapable de faire preuve d’imagination pour trouver les solutions appropriées aux divers maux d’ordres sociaux ou culturels. Dans une société musulmane comme la notre (donc conservatrice de fait) où l’on n’arrive pas à matérialiser avec précision la limite entre la débauche et la culture c’est très grave. Car dans ce cas, les nobles valeurs de la morale universelle sont confondues avec les plus viles bassesses pour enfanter finalement une société clochardisée sans repères. 
IL faut savoir qu’en Algérie un chanteur de RAÏ qui chante la fornication (الزنا), la drogue et l’alcool et un intellectuel qui écrit un livre quelque soit son contenu ou un chercheur, ont la même considération et sont placés tous les deux dans la case des auteurs d’œuvres. Plus grave encore, les premiers sont plus considérés que les seconds au point où les partisans de la débauche bénéficient gratuitement de voyage pour accomplir le rite du hajj « entre guillemets puisque certains d’entre eux ne se sont même pas rendu à ARAFAT, condition sine qua non du hajj », alors que les autres, les vrais intellectuels n’ont pas été concernés par cette mesure. 
Il faut savoir également que les drôles de députés qui légifèrent et approuvent les différentes juridictions qui nous administrent ne sont pas élus par le peuple mais désigner par les politiques qui les classent en tête des listes pour être éjectés au pseudo parlement. Sinon, comment se fait-il que Mécheria soit représentée par des députés et des sénateurs analphabètes alors qu’elle grouille d’intellectuels de hauts niveaux. Alors un peu de bon sens s’il vous plaît. 
Donc faire assumer cette descente aux enfers des us et coutumes de la région réputée pour d’incarner les plus hautes valeurs, la bravoure, l’hospitalité, la fidélité et la crédibilité entre autres, à la classe des intellectuels me semble une accusation gratuite d’autant plus que la dite classe est minoritaire à l’échelle mondiale.

 

sid777 a écrit :

je me permets d’ajouter quelques mots à l’histoire de Mécheria: A l’origine de cette ville bien avant les turcs et les français: ce lieu avait sûrement un nom mais que personne ne pourra nous le dire!  mais le nom actuel "Mécheria"   (soit en arabe): "l’achetée" vient qu’à une certaine époque  sûrement vers le 12   ou 13° siécle il y avait une source d’eau appropriée par un "juif", qui se permettait de vendre l’eau aux gens de la cité!! un "mourabet"  (zaoui) l’ancêtre de Sidi Cheikh vint le voir un jour et lui proposa l’achat, de gré sinon de force, le juif ne trouva comme solution avantageuse que cédé à ce wali ce lieu  qui pris désormais le nom de "Mécheria"!  que Dieu bénis sidi Slimane Bousmaha (boudaoud) qui repose à benni ounif, d’avoir permis aux mouslimines de la région de profiter de cette manne naturelle  (eau  de la source
 
Personne anonyme a écrit :
Point de vue sur le commentaire de sid777
Je trouve que votre commentaire sur l’origine de l’appellation de Mécheria s’apparente beaucoup plus au mythe qu’à l’événement et l’authenticité historique. Un ancêtre de  Sid Cheikh qui serait selon vous venu au 12ème ou 13ème siècle alors que ce dernier est né en 1533. Vous prétendez aussi que c’est Sid Slimane Bousmaha qui a permis aux mouslimines de la région de profiter à cette époque de cette manne naturelle, alors qu’il est né en 1557, soit 3 ou 4 siècles après. L’histoire du juif, de l’achat de la source et tout cela, ce sont des hypothèses franchement invraisemblables à raconter aux enfants en bas age pour les endormir (تخاريف).
-Avant la création du poste militaire au lieu-dit Mécheria (une source d’eau peu abondante selon A. Bojoly : Vétérinaire sanitaire à Bedeau : L’élevage du mouton en Algérie / 1895 P. 11. Il écrit à ce sujet : « Dans la région de Mécheria les sources sont très rares et tarissent dans les années de sécheresse. En 1888, la petite garnison de Mécheria fut forcée de faire chaque jour 32 kilomètres pour aller abreuver ses chevaux et ses chameaux à El-Touajeur ») pour superviser l’insurrection du Cheikh Bouamama, il n’y avait pas d’habitants autres que les Hamyan et leur nomadisme sur l’espace du ‘’CERCLE DE MECHERIA’’ (Selon délimitation du Général Chanzy / Bulletin trimestriel /Société de Géographie et d’Archéologie d’Oran / 4ième Trimestre 1915/ P. 280).

- Il n’y avait pas non plus de ksar en ruine ni communauté qui y vivait car pour cela il fallait deux conditions au préalable au moins : une eau abondante et une terre agricole permettant à cette communauté de pratiquer une agriculture vivrière tout comme Chellala, Boussemghoun, Tiout etc. Ce qui n’est pas le cas puisque les hamyan, cheraga (les actuels Trafi et Rzaïna) ou gheraba (les actuels Chafaâ et Jenba) descendants des Beni Hilal n’ont jamais été des sédentaires, mais des nomades.
– Aussi, feu DEGDAG Yahia ould ELKBIR oncle paternel à mon grand père, décédé vers 1935 à l’âge de plus de cent ans, avait raconté à ses enfants et à son entourage à plusieurs reprises, qu’avant la création du poste de Mécheria, il n’y avait sur le lieu-dit qu’une seule maison en ruine (constituée d’une seule pièce) à côté d’une source. Et cela n’est ni de l’histoire ni de la préhistoire mais du vécu de nos parents.
– Cette histoire de Slimane Bousmaha qui serait venu acheter une source pour servir aux autres est fabuleuse et constitue une première au soufisme basé au départ sur l’appropriation du bien d’autrui. Les Cheikhs des voies soufies sont apparemment hérétiques et fondent leurs confréries (non conformes aux percepts de l’Islam sunnite) sur la base de considérations matérielles inavouées cachées derrière des aspects religieux à titre d’alibi. En effet, parmi les attributions du fameux Mokadem figurent le Wird et surtout la collecte des offrandes et ces espèces de dîmes à léguer par les adeptes à leur Cheikh qui les appelle Khouddami (mes serviteurs). Ces charlatans donc, ne sont autres que des personnages malhonnêtes animés par des désirs inavoués pour s’accaparer à travers des voies tortueuses colorées de religion à titre de diversion, des biens d’autrui de manière injuste, despotique et calomnieuse. En Islam il y a une seule et unique voie, c’est celle de DIEU et de son prophète Mohammed (QSSSL). Il est absurde qu’un savant, à l’exemple de l’imam Malek, l’imam Ahmed ou l’imam Achchafiî, ne crée pas de voie religieuse, alors qu’al alaoui qui est cordonnier invente la tarîqa dite « al alaouya ». Mais ce qui est encore grave c’est que ces voies soufies ont des adeptes.
C’est vrai par ailleurs que les endroits et lieux-dits sont souvent baptisés par rapport à des événements qui s’y sont produits. Il n’a jamais été relevé aussi à travers l’histoire de la région qu’un point d’eau soit la propriété de quelqu’un ou d’une communauté. Tout juste, le puisatier qui creuse un puits, bénéficie de la priorité d’abreuver son cheptel et c’est tout. Le plus audacieux des Hamyan n’oserait pas se faire approprier un point d’eau, qu’en serait-il alors d’un juif solitaire au sein d’une telle communauté réputée pour sa belligérance. Par contre la maison en ruine en question pourrait avoir été achetée en tant que propriété privée.
A la lumière donc de cette panoplie d’argumentaires, cette histoire d’achat de la source et ce qui en suit est non fondée et serait de la pure invention de l’esprit.

GROUPE EL KAWTAR A PARIS

4 Commentaires


GROUPE EL KAWTAR pour les chants religieux musulmans est le premier groupe artistique de Mécheria qui se produit à l’étranger et qui avait l’honneur de représenter l’Algérie. Pour cette première représentation il était invité au Congrès annuel des musulmans de France qui s’est déroulé entre le 10 et le 13 avril 2009 au palais des congrès du Bourget dans la région parisienne.
C’est un grand succès. Les membres du groupe présents à cette exhibition que je cite : Sadok Hamza, Choumane Rédha, Boussaid Abderrazek, Kebir.AEK, Slimani Boudjemaa, Zelat.M, Hourchaya abdellah, Safi.M, Moulay.M ont pu tisser des liens avec la communauté musulmane active dans les associations musulmanes de France et rencontrer les éditeurs et reporters. Leur succès dans les représentations devant des milliers de spectateurs a permis leur passage sur la chaine TV Hiwar de la grande Bretagne. Ils ont été aussi invité a célébrer des mariages à l’institut islamique de Saint Denis et l’inauguration de la mosquée de Créteil ainsi qu’à la soirée de T’HARA qu’ils ont bien voulu animée chez notre ami Hadj Med Bekhlifa, nous les remercions vivement. Le groupe est sollicité par le congrès, éditeurs et autres associations pour revenir l’année prochaine. Nous leurs souhaitons davantage de succès.
Bientôt une vidéo de leur prestation à Paris.
 
 

MEMOIRE ET SOUVENIRS

3 Commentaires


 

MESSAGE EDITORIAL

 

« L’identité n’est pas donnée une fois pour toutes, elle se construit et se transforme tout au long de l’existence. ». Amine  Maalouf

 

Il me plaît de vous dire l’immense fierté que j’ai eu à découvrir le site. Toutefois, sans racines on ne peut pas construire son identité. On ne peut pas non plus savoir où l’on va, si on ne sait pas d’où l’on vient. Continûment depuis plus d’un siècle, une mosaïque de populations migrantes s’est installée à Mécheria sans doute pour des raisons notamment économiques. Elles ont participés, à leur manière, aux mouvements artistiques, littéraires ou scientifiques, à la construction et à l’expansion de cette ville que j’ai eu à redécouvrir à travers ce magnifique panel égrené et offert par le minutie travail que vous aviez effectué sur la mémoire et l’histoire de Mécheria. J’imagine bien la difficulté à dater les événements qui me semblent-t-ils donneraient un vrai synopsis et une valeur historique au sens documentaire.

 

C’est vrai, la critique est aisée, l’art est difficile… Ne nous offusquons pas pour autant, car je mesure bien le temps au rythme passionné que vous n’aviez pas épargné à faire à ce travail. Cher Mohammed, depuis notre départ de Mécheria en 1984, les restructurations post- industrielles, les mutations socio-économiques profondes, ont vraisemblablement redessinées la ville de Mécheria et a permis de mettre au goût du jour un parfum nostalgique qui sans doute réparateur des lambeaux de mémoires fossilisés par l’éloignement et l’exil. Nous avons inconditionnellement obéit au destin et nous sommes partis mais sans vraiment partir.

 

Aujourd’hui, votre travail me semble pensé comme une succession de lieux sans passé ni racines, a besoin de renouer avec l’histoire pour se construire une identité forte et entrevoir des perspectives  d’avenir. Retracer cette histoire, c’est redonner sens à l’histoire  en mettant tous cet héritage et les habitants au centre de nos préoccupations et permettre à la population de Mécheria d’avoir des repères culturels forts qui s’inscrivent dans le temps et dans l’espace. L’objectif à mon sens étant aussi de permettre à ces derniers de se vivre comme des  acteurs et des citoyens à part entière.

 

Pour contribuer à cette dynamique d’appropriation du site par les habitants de Mécheria et  afin qu’ils contribuent à (re)construire cette mémoire et l’identité de leur ville,  je vous propose  de dynamiser et développer une vie culturelle à partir d’une présence artistique soutenue au cœur de la ville de Mécheria.  L’idée étant que la diversité, des photos   doitt être considérée comme un patrimoine commun dans un esprit de dialogue et d’ouverture.

 

L’un des enjeux majeurs,  est de faire de la culture le ciment de la vie sociale en mettant en lumière la richesse et la diversité des cultures en présence notamment la culture Berbère,  La complexité et la richesse, vous imposent cher Mohammed t à chaque fois d’innover dans les pratiques pour répondre à la diversité de la population. Dans ce contexte, l’intérêt et le sens de ma démarche  est d’apporter un tant soit peu, une réflexion,  un regard, un sentiment ou encore une valeur ajoutée à l’histoire de ma ville natale. Pour ce faire, il s’agit avant tout de recréer des possibilités de rencontres entre nous.

 

Le site, en proposant  des parcours, des histoires de vies individuelles et collectives des habitants dans sa diversité. Une programmation qui mettra en perspective l’enjeu sociétal concernant la construction d’une  mémoire et d’une identité collective partagée dans cette ville en mutation permanente.

 

Cher Mohammed,  Ce site, se veut mobilisateur et met en valeur des expressions singulières et sans doute des actions dynamiques comme l’exposition que vous aviez réalisée et qui questionnent  nos préjugés et parfois nos amnésies. La connaissance de ses origines mais aussi de celles des autres est aujourd’hui au cœur de bien des problématiques d’acceptation et de compréhension de soi et d’autrui. Par votre  démarche, il s’agit également de contribuer à changer le regard et l’image du Mécheria.

 

Merci cher Hamid OUACEL ( Nostalgique d’autan )

 

 

MEMOIRE ET SOUVENIRS

3 Commentaires


   MESSAGE EDITORIAL 

 MEMORABLE HOMMAGE A TOUS NOS VENERABLES ET RESPECTUEUX DEFUNTS AINES

 
  Le temps qui s’arrête un instant pour contempler ces portraits l’un après l’autre vu et revu autant de fois avec la mélancolie dans le coeur  avec une sensation d’amertume a balayé par l’esprit toutes ces figures qui furent un moment parmi nous, hôtes depuis du SEIGNEUR bien en place en ce répertoire de MECHERIA, qui a vu défiler des hommes simples connus par l’originalité, la singularité, la particularité, le caractère, réputés par une fonction, une responsabilité, une oeuvre accomplie, un métier exercé ou simplement un surnom de renom initié qui ne passe pas inaperçu sans revoir la silhouette vivante d’antan, les propos, un trait du comportement immortalisé en un itinéraire jalonné au cours d’une vie dans la tristesse et l’allégresse partagées ensemble. Surgir de l’anonymat par une rétrospective sentimentale des fois, par plume nostalgique autrefois pour dire que la sordide omission, de sortir de l’ombre pour soustraire de la léthargie, de l’éclipse, ôter de tous ces visages, le voile de l’indifférence effacés des regards, ensevelis, enveloppés, dissimulés dans les replis de l’oubli ingrat, des personnes ayant été à une époque des acteurs actifs prédominants dans le vécu des gens et ou leur impact dans le quotidien de tous les jours reste gravé à jamais dans la mémoire collective.
  De l’état civil à la mairie de l’école à la cantine de l’imam à l’hérault, du barbier au gargotier, du boulanger au boucher de l’épicier, du cafetier au charretier de l’éboueur, à l’agent du nettoiement, du jardinier au taleb, du menuisier au maçon au tailleur au boutiquier, au tailleur de pierre une fresque en mosaïque de tous ces profils de toutes les ethnies nivelés par le respect mutuel, une mosaïque de laborieux chacun dans sa fierté, à son orgueil attaché une richesse d’une composition hétéroclite en symbiose en complémentarité, des autochtones d’une bourgade du village nègre au centre un souvenir indélébile d’une histoire de cette bourgade, une armoirie de légende de ses constances en relief.
  Que reste t-il de cette odyssée, des traces d’un  souvenir lointain d’un remord insensible d’un sentiment fade et d’une pensée
piteuse sans larmes et une romance sans refrain.   
 
MERCI  à Mr MEKKI.
 
 

LA GRANDE MOSQUEE DE MECHERIA

4 Commentaires


  La mosquée de Méchéria existe depuis au moins un siècle 18 ans (nous somme en janvier 2008 ), le plan de masse ci-dessus (en notre possession) date du 20 JUIN 1889, dessus la mosquée est représentée par un petit carré rouge ( lot 115 ) à côté de l’abreuvoir du village ( lot 56 ) et du lavoir public ( lot 55 ) au niveau de la place de la mosquée ( actuellement le jet d’eau ) . Minaret : 18.50 m de hauteur doté d’un escalier en colimaçon avec 74 marches en pierres taillées. Elle fût construite par un Italien, financée par Mr Hadj Ahmed Mefti ( 1e IMAM de Méchéria, mort en 1918 ) père de Zine el abidine ( 1e maire de Méchéria, voir album des maires). Visitez les albums "Mosquée" en cliquant sur les liens ci-dessous. M.MOUSSI.                                                   
 

photos mosquée 1 cliquer ici

photos mosquée 2 cliquez ici

 La grande mosquée de Méchéria, (EL MESJID EL ATIQ) fait partie de notre patrimoine commun. Je me rappelle les années (de 55 et 56 où même 57) lorqu’on célébrait LEILAT EL KADR, nous autres enfants  de l’école coranique de SI AHMED BELGHANDI (un HOMME de grande valeur spirituelle et patriotique, que je salut tout bas) étaient présents sur le lieu toute la nuit en récitant le saint coran jusqu’à l’aube en compagnie de nos ancêtres tous habillés en blanc à l’instar des si SLIMANE avec sa barbe toute blanche, les MOKADEM et autres. Je me rappelle et je ressents encore  les odeurs du BKHOUR et du musc qui rendaient l’atmosphère de cette nuit agréable. Quel souvenir. par M’hamed  : 18 Mar 2008.
 
 
 
Si vous avez d’autres informations sur le sujet merci de me contacter par le biais de mon email ci-dessus.

Histoire de Méchéria==== " mecheria1881@hotmail.fr "

3 Commentaires


Mécheria : Latitude : 33° 32′ N Longitude : 0° 16′ W .
Située à 331 km au sud d’Oran, faisant partie de la wilaya de Naâma sur un plateau steppeux, à 1158 m, au pied de Djebel Antar ( 1720 m ).
Mécheria ( origine étymologique probable= machraa en arabe=المشرع transcription en lettres latines=méchrea qui évolue en mécheria ) point d’eau bordé de verdure.
La ville de Mécheria est fondée en 1881 à l’arrivée des colonnes françaises. Le chemin de fer venu du nord y arriva en 1883. La redoute est construite en premier. Les nomades de la région ( les Hamyans ) connus par leur vocation d’élevage, appelés par l’autorité militaire, sont venus se sédentarisés.
A proximité de la gare le village sera construit ( voir plan ci-dessous ). Celui-ci devient un important marché pour les habitants de la région de Hamyan.
Au début du 20e siecle les statistiques faisaient état de 965 habitants, dont 429 européens. La commune comprend 20665 h, dont 880 européens sur une superficie de 1,150,000 héctares. Elle faisait partie du territoire de Ain séfra. A l’indépendance Mécheria constitue un pôle d’attraction pour les communes avoisinantes. Le commerce dans les produits de l’élevage représente l’activité principale.  A SUIVRE

Consultez le fichier sur l’Histoire des Hmayyans dans la colonne de droite ci-contre.

                                                                                                                          المشرية حكاية و تاريخ    بقلم : مصطفى مقدم
هذا نص من مجموعة نصوص مقتبسة من وثائق غربية، فرنسية على وجه التحديد حصلنا عليها لرحالة زاروا المنطقة وتجولوا فيها وسجلوا ملاحظات عن مشاهداتهم و أخبار استقوها من             سكان المنطقة خلال رحلاتهم في أعمال تعتبر من مصادر تاريخ الجزائر و قد تكون لها أهميتها لدى المؤرخين الذين يقدرونها حق قدرها
                                                                   ا                                                                              

    و إذ أقدم هذا النص مساهمة مني متواضعة وتقديرا للمجهود الذي بذلته لتسليط الأضواء على مدينة المشرية مقتصرا في ذلك على ترجمة بعض الفقرات منه بما ينبغي من الأمانة و الدقة و دون أن أحاول تحليله أو إثراءه بالهوامش و الإضافات. إن ذلك من شأنه أن يخرج عن النطاق المتعارف عليه لحجم المقالة فالأمر يحتاج إلى التعمق و البحث عن المزيد من الوثائق و هو ما أحضره للمستقبل إن شاء الله. على أن رغبتي في الإبقاء على أصالة هذه النص وعلى طابع تركيبه القديم و احترام وحدته العضوية لا تمنعني من تقديم المصدر التي أخذت منه هذه النص بكلمة وجيزة ومختصرة
إن الفرنسيين كما يذكر الدكتور أبو القاسم سعد الله في أحد بحوثه عن منهجهم في كتابة تاريخ الجزائر، رغم جهلهم أول الأمر بواقع الجزائر و تاريخها و رغم انشغالهم بعمليات الحملة و افتقارهم في البداية إلى الذوق الثقافي، فإنهم اتجهوا في البحث ثلاث مجالات في نفس الوقت:
 ـ1       نشر الآثار السابقة عن الجزائر    
   ـ 2إنشاء اللجان العلمية و منح الرخص للأفراد للقيام بعمليات البحث و الجمع و التعريف بالآثار التاريخية للبلاد
 ـ3 تكوين الجمعيات المختصة و الصحف و الدوريات التي تحفظ المكتشفات التاريخية و تعتني و تعرف المهتمين بها.
و في نطاق المجال الثالث أي الجمعيات و الصحف و الذي ظهر منذ بداية الاحتلال فلم تحن سنة 1878 حتى ظهرت في وهران (( جمعية وهران التاريخية )) و أصدرت نشرة تضم أبحاث أعضائها و مراسليها عن تاريخ المنطقة و قد استمرت طويلا و أثرت البحث التاريخي في الجزائر و ظهر على صفحاتها جم من العلماء الذين كرسوا أوقاتهم لجمع المعلومات عن التاريخ المحلي و كانت منطقتنا من المناطق التي أولوها الاهتمام خاصة بعد قيام كل من ثورات الأمير عبد القادر و أولاد سيدي الشيخ و الشيخ بوعمامة و كانوا يسمونها (لمنطقة ) الجنوب الوهراني و الواحات الوهرانية,

=النص 
المشرية= أسطورة و تاريخ                                                                                                                                                                                                
    
كتب هذا النص ملازم في الجيش الفرنسي الاستعماري يدعى ((برووار Brouard )) و أمضاه بتاريخ 27/08/1882 و هو فيما نرى أقدم نص كتب عن مدينة المشرية إذا ما استثنينا نص إتقافية (( لآلة مغنية )) بتاريخ 18/03/1845 بين السلطة الاستعمارية و المملكة المغربية في عهد السلطان عبد الرحمن ، حين تم تحديد مسارات قبائل ( حميان ) في الصحراء الجزائرية و مناطق حدود البلدين 
                                                                                                                                                                                                                       • وصف المنطقة:
(( في مركز الهضاب العليا الوهرانية و على مسافة 75 كيلومترا تقريبا جنوب تلك البحيرات النصف الجافة المسماة شطوطا، المخارج الحقيقية الجامعة لمياه العواصف الرعدية الموحلة لهذه المنطقة العليا. ينتصب جبل شامخ عامر تقريبا بالأشجار و يتجه من الشمال إلى الجنوب. إنه لا ينتمي لأي سلسلة و يدعى ((عنتر ))، إنه عملاق ينام وحيدا وسط السراب و هذه الوحدة الممتدة…
و جاء يوم نجهل فترته حين قام شيخ يريد أن يروي ظمأه بضرب جنب الجبل بهراوته فانفجرت عين مياه صافية و عذبة. فشرب الشيخ ثم مضى إلى حال سبيله …))
ثم يمضي الكاتب في سرد أسطورة عدم احترام ( الطيب ) ابن شيخ القبيلة الحميانية لنبوءة الشيخ و قتله الشخص الذي طلب منه جرعة ماء، إلى أن يصل إلى نهاية النص قائلا:
(( في العام 1259 للهجرة و في أول ماي 1882 صرخ وحش حديدي يتقد قوة خارقة، حصان من الحديد كما تقول العرب، يجر وراءه عربات ثقيلة. حينها مائة أيد و تنفيذا لإرادة واحدة حفرت الأرض و بنيت خزانات كبرى للمياه و مائة أيد أخرى هوت على أشجار ( عنتر ) القديمة و التي كان يعتز بها فاقتلعتها. و في أحشائه تنتصب ثلاثة بنايات بيضاء تنبعث منها أضواء كاشفة ليل ار لتحاور الأفق. فرنسا تعاود بناء ( المشرية ) من جديد.
مشرية لن تبقى نزهة ممتعة و جميلة، غير أن تطور الأشياء بجعل منها أول مرسى تجاري بالهضاب العليا و الأعوام القادمة ستمنحها لقب عاصمة الجنوب.))

كرونولوجيا
    تاريخ مدينة المشرية :       
المشرية عبارة عن أطلال لقصر قديم خرب كان يحتوي على عين جارية وفيرة المياه عند سفح جبل (عنتر) في الزاوية المكونة من التقاء اتجاهي الجبل ( عنتر و عنيتر )
. ـ 1878 
الاستعمار الفرنسي يفكر في بناء مركز عسكري بالمشرية دعما لمركز عين بن خليل الذي بناه في عام 1854 قصد مراقبة مناطق قبائل ( حميان ) التي كانت تابعة لدائرة ( سبدو ) 
ـ 1881 
بناء مركز المشرية بسبب اندلاع ثورة الشيخ بوعمامة
ـ 08/08/1881 
وصول الرتل الاستعماري الفرنسي المكلف ببناء المركز العسكري
بالمشرية بقيادة الجنرال Colonieu أسندت مهام تسييره للضباط
( Cottin de Melville, Lechere, Pémartin, Cauchemez
ـ 1881 
تأسيس مكتب البريد و كان مقره بالثكنة العسكرية إلى غاية 1885 ، فكان
يقوم بنقل البريد فرسان المخزن كل يوم أربعاء . أما البرق الكهربائي فتم ربط المشرية ( بسعيدة ) و ( الخيثر ) عن طريق السلك الكهربائي 85 و السلك الكهربائي 304 ( الخاص بوهران و العين الصفراء و بشار )
أما الهاتف فكان الخط يوجد بمحطة القطار و يستعمل للضرورة
ـ 01/09/1883
وصول خط السكة الحديدية إلى المشرية بمسافة 115 كلم بعد 239 يوما
من بداية الأشغال انطلاقا من قرية ( مصباح ) التي وصلها الخط الحديدي
في01/06/1881 قادما من مدينة ( سعيدة )
ـ 1885 
استحداث ملحقة المشرية تابعة لدائرة العين الصفراء و المكونة من القبائل التالية
عكرمة ـ بكاكرة ـ بني مطرف ـ أولاد منصورة ـ أولاد سرور ـ مقان ـ أولاد التومي ـ مغاولية ـ الفراهدة ـ أولاد فارس ـ أولاد مبارك ـ غياثرة ( أولاد مسعود) ـ غياثرة ( أولاد أحمد) ـ سندان ـ أولاد خليفة
ـ 28/07/1888 
تأسست محكمة (حميان جنبة )
ـ 01/12/1888
تأسست محكمة ( حميان الشافع )
و كانت هاتين المحكمتين تسيران كل واحدة من قاض و باش عادل وعون
ـ 00/10/1890
افتتحت مدرسة البنين ( الأولاد ) بالمشرية
ـ 1904
استحداث و تنظيم دائرة المشرية بصفة نهائية
ـ 21/03/1905
تاريخ قرار تأسيس سوق المشرية التجارية
ـ 00/00/1905
افتتح قسم للأهالي ( السكان المحليين العرب المسلمين ) بمدرسة البنين
بالمشرية 
ـ 11/06/1906 
تأسست ملحقة المحكمة الخاصة بقبيلة ( الرزاينة ) و كانت تسير من باش
عادل مكلف بمهام قاض و عادل و عون
ـ 04/05/1907
رسم حدود أراضي قبيلة( الرزاينة الغرابة و الشراقة )
و قبيلة ( أولاد السرور) المجاورتين لقبيلة بني مطهر
ـ  28/05/1907
تأسس مجلس المشرية و كان يتكون من قضاة محاكم المشرية و العين
الصفراء بصفة أعضاء دائمين و بصفة باش عادل و عادل بشوا ت
عدل محكمة ( حميان الشافع )
ـ 00/10/1907 :افتتحت مدرسة البنات بالمشرية
ـ 1907 
تأسس مكتب الجمارك و كان يشرف عليه ضابط إداري.
ـ 1907
استحداث الصيدلية المتنقلة بين قبائل ( حميان )
ـ 20/04/1910
بعد تحقيق عميق، الحاكم العسكري العام للجزائر يصدر قرار ضم قبيلتي
( الرزاينة الشراقة و الغرابة ) إلى دائرة المشرية 
ـ 1906 /1911 
1 ـ ارتفاع عدد سكان المشرية المحليين بعد بناء قرية العبيد إلى 45
عائلة مختلفة الأصول.
2 ـ ارتفاع عدد سكان المشرية الأجانب الأوروبيين إلى 67 ساكن
للبحث مصادر

Ma collection

2 Commentaires


Mes chers(es) amis(es) n’hésitez pas a me faire savoir vos remarques et critiques sur le contenu du blog soit en écrivant un commentaire là dessus ou de me contacter par email : moussimohammed@hotmail.com, je serai ravi de vous répondre.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Older Entries

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.