Patrimoine, on y trouve nos souvenirs, nos valeurs, notre Histoire, et  notre identité. On s’ y repère pour ne pas se perdre dans le flux de l’Histoire.
 
L’histoire d’un homme exceptionnel mort sans laisser de descendance…
Je vais vous raconter l’histoire d’un homme exceptionnel de Mécheria.
Il s’agit de feu RAAI (BERGER) c’est son vrai nom, Mohamed; Il était pauvre comme JOB; il avait un petit chariot qu’il tirait à la main et qu’il dressait toujours au coin droit du magasin de LAHCENE LE BURALISTE en face des Ait Salem, à l’extrémité. Il vendait quelques herbes sèches ( chih, larmoise et lèzir, romarins) entre autres et dont personne n’en voulait. Il avait loué une petite maison pratiquement en ruine chez Hadjelloul père (CAID REZAINA) pour 4DA 50CTM (90 DOUROUS). Sa maison était du côté de l’impasse où habitait feu RAHMANI SI MILOUD (voir albums)*  un peu plus bas en face du magasin de feu KADA BOUZIANE. Au début du mois il mettait une boite rouge bien visible sur le chariot à qui voulait y glisser quelques pieces et des qu’il atteignait les 90 dourous la boite disparaissait pour n’apparaître que le mois prochain et ainsi de suite. Il était vétu d’une vielle jellaba marron rapiécée en mille endroits mais toujours propres. Jamais au grand jamais il n’a tendu la main ou demandé quoique ce soit à quiconque. J’étais gamain et il m’arrivait de le croiser en accompagnant mon père et chaque fois j’étais émmerveillé par la lucidité et la paix qui se dégageait de son regard chatain clair. Il avait le sourire permanent et me faisait penser au regard d’un bébé à l’esprit vierge;
Par ailleur c’était un champion de la damma imbattable sur la place. C’était aussi l’ami intime des grands hommes de MECHERIA (Zetit-Hamoulia- Hadj lahrour-Kada Boubakeur- Bellia, entre autres; (voir album)*
Pauvre mais digne telles étaient nos valeurs. Il est mort sans descendance.
QUI SE SOUVIENT DE  RAAI ?  
Sidahmed.
 
 
                                                                                                                                                                    
Savez quel est la relation entre une pleureuse professionnelle et un moineau ?
Voici leur histoire par Sidahmed:
 
 Je me souviens de l’image de cette dame d’age mur, lavandière de son état, qui avait pour clientèle

les légionnaires d’un des RPC du sinistre BIGEARD, stationnés à la redoute (lardoude). Elle
habitait en face du cinéma à l’extrémité du coin gauche en face de l’actuelle polyclinique
et qui à l’époque était un stade omnisport ou les bidasses venaient se détendre en pratiquant
soit du tennis soit du basket-ball. Ce coin à proximité de l’oued était apprécié par tout les mioches
de l’époque mais pour tout autre raison: on y venait piéger le moineau; cet oiseau hyper-méfiant
et qui déclinait dès sa mise en cage; pour le rescuciter on le prenait par le bec entre le pouce et
l’index en chantant: KADA HYA  KADA  MATE… L’oiseau se sentant étranglé se mettait à battre des
ailes et nous dans notre naiveté enfantine croyons qu’il reprenait vie; évidemment ce manège ne
pouvait durer plus de deux ou trois fois et le volatile passe à trépas.
Donc on y tendait nos pièges et en attendant que ça "mord" on observait à loisirs les va-et-vient
de cette bonne dame qui par ailleurs, à temps perdu et à l’occasion était pleureuse (si je me permets cette traduction).
D’ailleurs elle était plus connue sous ce sobriquet que par son metier: KHEIRA NADDABA;
A l’époque au décès de quelqu’un on faisait appel au service d’une pleureuse "professionnelle"
maitrisant l’art de vanter les qualités humaines; elle s’assied au milieu du patio et les femmes de
la famille du défunt ou tout simplement des voisines et parfois même de simples curieuses se serraient
autour d’elle en cercle compact et dans un enchainement lugubre la pleureuse citait quelques qualités
 suivi d’éclats de sanglots de toutes les autres.
Funeste coutume perdue à jamais.      
 
Sidahmed: N’est pas chasseur de gerboise qui veut !!!
 
Je voudrais vous parler d’un animal qui me semble-t-il devrait être la mascotte de MECHERIA: la GERBOISE ( JARBOUAA).
Je me souviens dans mon enfance de cet ami connu de tous les anciens (j’espère qu’il va bien) et qui était le champion incontesté
du piègeage de la gerboise, d’ailleurs on le surnommé "JRABAA".
Jarbouaa, ce rongeur malin et rapide tel l’éclair construit son terrier à même le sol: ZEGLA; et aménage à titre préventif plusieurs sorties.
Nos grand-mères nous racontaient que de temps à autre le serpent se laisse glisser guidé par son "flair" à l’interieur de la zegla. Le voyant
venir, jarbouaa prend la poudre d’escampette par une des issues de secours en lui disant:"on te la laisse oh! animal long"(khalinaha lek ya bou touil).
Donc pour attrapper la gerboise on devait d’abord identifier un terrier (zegla) ensuite à l’aide d’un baton chercher toutes les issues de secours
les boucher  avec une pierre en ne laissant que l’entrée principale du terrier. Enfin (et là seuls les plus téméraires pouvaient le faire) glisser sa
main à l’interieur du terrier et cueillir la gerboise toute tremblante, mais ATTENTION au lieu d’une gerboise c’est une vipère qui pourrait se suspendre à l’un de vos doigts.
 
M.M Webmaster : On utilise son fémur  cassé en guise de canif pour le dépecer. On a pas besoin de saler pour manger sa chair "Melhek menek ya jarbouaa". 
 
 

 
Sidahmed: MIH-MIH ou la terreur des enfants.
Bent el bla (le fille du malheur). Elle habitait el graba du coté de RACHID ZOUAOUI marchand de tissu depuis toujours.
Femme cauchemardesque.Taille moyenne, yeux blancs exhorbités, visage vert de tatouage; elle était sourde muette.
Elle détalait à la poursuite des enfants avec la légèreté d’une gazelle. Au jet de pierre, elle avait la précision d’un SIOUX.
Nous gardons à ce jour sur nos cranes quelques cicatrices de ces poursuites.
Terrible cauchemar. Accompagnant ma génitrice à hammam BEN HELLOU j’avais la hantise de la croiser parcequ’elle y était souvent.
Et quand elle était là, c’était une torture morale.
MIH-MIH. Quelques brides de souvenirs de MECHERIA de mon enfance que j’aime et qui telle l’ATLANTIDE a disparu pour toujours.